Marche pour le Climat - Intervention GC

Madame la présidente,

Mesdames, Messieurs,

Avec une augmentation de 0.85 degrés Celsius depuis l’ère préindustrielle, le réchauffement climatique est un des enjeux primordiaux auxquels doivent faire face nos sociétés modernes. Un enjeu incontournable de ces prochaines décennies. Les causes de ce réchauffement, principalement la production de gaz à effet de serre liée à l’utilisation par l’activité humaine d’agents énergétiques fossiles, ne sont plus à prouver.

Quant aux conséquences d’un tel réchauffement, quelle que soit l’intensité annoncée par les nombreux scénarios des différents experts en la matière, elles ne laissent rien présager de bon. En effet, il est fort probable qu’un renforcement de la fréquence des épisodes climatiques extrêmes, des vagues de chaleur et des évènements à fortes précipitations soit observé. De telles conséquences auront un impact sur notre environnement, sur les espèces animales ou végétales qui y vivent ou y survivent, mais aussi sur l’homme et sur ses activités.

Des impacts seront obligatoirement visibles sur le fonctionnement de notre société. En effet, face à l’augmentation des dangers naturels annoncés, nous devrons nous réorganiser pour appréhender ces nouvelles composantes.

Bien que la Confédération ait décidé de mettre sur pied un programme basé sur l’adaptation à ces changements climatiques, un contrôle actif de l’augmentation du réchauffement climatique est incontournable.

Pour faire face à cette situation préoccupante, plusieurs conférences internationales se sont déjà tenues sur ce sujet. Avec les résultats que l’on sait. Sans les énumérer, les résultats mesurés ne sont malheureusement toujours pas probants. Basé sur ce constat, la conférence sur le climat de Paris débutant le 30 novembre est un événement charnière pour l’avenir des conditions de vie sur notre planète. Rappelons que l’objectif de cette conférence est de trouver un accord permettant de contenir la hausse des températures sous la barre des 2°C. Les pays participants devront annoncer leurs objectifs de réduction pour la période après 2020. L’accord doit aboutir à des mesures de réduction des émissions de gaz à effet de serre et à des mesures d’adaptation. Des mesures qui ne feront pas l’économie de règlement sur les aspects financiers, sur le transfert des technologies ainsi que sur la formation.

Afin de donner écho au souhait sincère de la population d’aboutir à un accord sérieux, de nombreuses marches en faveur du climat sont organisées à travers le monde. Des marches qui seront immortalisées en images et des images qui seront transmises aux délégués siégeant à la conférence de Paris, ceci afin de porter la voix de la société civile au sein de la conférence.

Entrer dans une discussion sur les moyens pour parvenir à une augmentation inférieure à 2°C qui n’aurait que comme issue des considérations partisanes n’est pas le but de cette résolution. Selon l’art. 201 de l’OGC la résolution est la proposition faite au Grand Conseil d’exprimer de manière purement déclarative son opinion sur un événement d'actualité, sans effet contraignant pour son destinataire. Dans le cas présent, une fois n’est pas coutume, le destinataire de la résolution est la population neuchâteloise. En cas d’acceptation de cette résolution, le message est clair, le Grand Conseil appelle la population neuchâteloise à se mobiliser pour la marche citoyenne pour le climat qui aura lieu le 29 novembre prochain à Neuchâtel. Ceci afin de démontrer que nous, Neuchâteloises et Neuchâtelois, nous préoccupons de l’avenir de notre planète et que des mesures doivent être prises en conséquence.

Par cette démarche, le groupe socialiste espère que cet appel soit entendu par un grand nombre de citoyennes et citoyens neuchâtelois et qu’il soit largement suivi.

Je vous remercie

Contact

  • Facebook
  • Twitter
  • Instagram