Vivre sans violence est un droit fondamental

La Suisse détient un triste record, quasiment inégalé en Europe : celui de la concentration d’armes à feu au sein de la population. Or la probabilité de suicide et de violence domestique mortelle est beaucoup plus élevée dans les ménages possédant des armes à feu, ce qui a notamment incité le Conseil fédéral et le Parlement à élaborer, pour la première fois en 1998, une loi sur les armes au niveau fédéral. Grâce à cette loi et aux renforcements successifs dont elle a fait l’objet, le nombre de suicides et d’homicides par balle a chuté de plus de moitié. Malgré cette diminution impressionnante des décès, le lobby des armes n’a cessé de faire obstruction contre toute tentative de lutte contre l’usage abusif des armes à feu par la Confédération.


Vivre sans violence est un droit fondamental, pas un privilège. Un droit auquel beaucoup n’ont pourtant pas accès, y compris à leur domicile. Rien qu’en 2016, 19 personnes, dont 18 femmes, sont mortes en Suisse des suites de violences domestiques – ce qui correspond à un décès toutes les trois semaines. Dans mon propre entourage, j’ai déjà entendu des femmes dire : « Je ne sais pas s’il ne va pas revenir avec une arme à feu à un moment ou à un autre ». Les conséquences psychologiques de la violence domestique sont souvent très graves et peuvent faire de la vie des personnes touchées, dont une majorité des femmes, un véritable enfer. La menace de violence armée est particulièrement traumatisante pour les femmes et les enfants – tout comme le chantage au suicide. Car les statistiques du suicide sont claires : ce sont surtout les hommes qui s’ôtent la vie par arme à feu. Or, le passage à l’acte pouvant être spontané, il peut intervenir parce qu’une arme se trouve à portée de main. Par conséquent, les Femmes* socialistes suisses estiment qu’il est indispensable de restreindre encore la disponibilité des armes à feu. Car bien souvent, ce sont les femmes et les enfants qui font les frais des actes de violence.


La révision de la loi sur les armes sur laquelle nous votons le 19 mai ne va pas suffisamment loin. La nouvelle loi prévoit en effet que tous les éléments essentiels des armes semi-automatiques soient marqués et enregistrés individuellement et que celles-ci ne soient disponibles qu’avec une autorisation exceptionnelle. Par contre, aucun test psychologique ne sera obligatoire pour acquérir une arme, et il sera en outre toujours possible de conserver sans réserve son arme militaire après la fin du service. Il est donc d’autant plus surprenant que les fanatiques des armes à feu et la droite conservatrice se battent contre la nouvelle loi en ne reculant devant aucun argument, y compris les plus fantaisistes.


L’opposition à la révision de la loi semble hélas gagner du terrain : les derniers sondages montrent que l’écart se réduit dangereusement. Or, un rejet du projet serait fatal. Il menacerait non seulement notre participation à l’espace Schengen, mais bloquerait aussi toute possibilité d’adapter le droit sur les armes pendant des années. C’est pourquoi nous, les Femmes* socialistes, en sommes convaincues : nous devons nous unir pour lancer un signal fort le 19 mai en faveur d’une loi sur les armes progressiste. Notre message est clair : moins d’armes. Moins de violence armée. OUI à la loi sur les armes !


https://sp-frauen.ch/fr/news/blog-fr/vivre-sans-violence-est-un-droit-fondamental/

Contact

  • Facebook
  • Twitter
  • Instagram