Martine Docourt: «Faire entendre le point de vue scientifique »

ARCINFO Elections fédérales 2019 vues de Neuchâtel

PAR DANIEL DROZ

Crédit photo : David Marchon


ÉLECTIONS FÉDÉRALES Nous avons reçu dans nos locaux dix candidats aux élections fédérales dans le canton de Neuchâtel. A nos yeux, ils sont les seuls susceptibles d’occuper un siège – au Conseil national ou aux Etats – à l’issue des élections fédérales du 20 octobre prochain. Candidate au Conseil des Etats, la socialiste Martine Docourt a pour elle son expérience professionnelle et ses réseaux à Berne. Elle veut défendre une politique climatique qui ne crée pas de nouvelles inégalités.


Candidate au Conseil des Etats, Martine Docourt est une des rares scientifiques au sein du Parti socialiste neuchâtelois. Mariée, mère de deux enfants, cette femme de 40 ans est une spécialiste en environnement.


Diplômée des universités de Neuchâtel et de Berne, ainsi que de l’EPFL, elle s’est perfectionnée au sein de l’Office fédéral de l’environnement en participant à la mise en œuvre de la loi sur le CO2. Actuellement, elle travaille pour le canton de Berne dans le domaine des sites pollués.


«En suivant ma formation, j’ai constaté à quel point les scientifiques étaient souvent absents du débat sur l’environnement, m’engager en politique était donc aussi un moyen de faire entendre le point de vue scientifique», confie Martine Docourt.


Choquée par la montée de l’UDC

Un engagement qui remonte à 2007. Choquée par la montée de l’UDC aux élections fédérales, elle se décide à ne pas rester les bras croisés devant son poste de télé. Elle entre alors au Parti socialiste. Elle a, depuis, gravi les échelons.

Ancienne conseillère générale à Neuchâtel, elle est députée au Grand Conseil depuis 10 ans et coprésidente des Femmes socialistes suisses depuis deux ans.


Je suis convaincue qu’une société plus égalitaire sera bénéfique.

MARTINE DOCOURT, CANDIDATE PS AU CONSEIL DES ETATS


«Je soutiens une politique climatique qui soit supportable pour l’ensemble de la population, elle ne doit pas augmenter ou créer de nouvelles inégalités, elle doit au contraire permettre de les réduire.»


A côté de l’environnement, la parité figure donc parmi ses priorités. «Si je m’engage dans ce domaine, c’est que je suis convaincue qu’une société plus égalitaire sera bénéfique pour les habitantes et les habitants de notre canton, notamment en regard de sa situation socio-économique particulière (réd: des salaires notamment plus bas qu’ailleurs en Suisse).» 


«Pour notre canton»

A Berne, si elle est élue, elle tentera, comme tous ses camarades socialistes, de s’attaquer à la problématique des primes d’assurance maladie. L’encouragement à la formation, à la recherche et à l’innovation (FRI) lui tient aussi à cœur. Dans ce domaine, le message FRI sera un des enjeux du début de la législature.