Interpellation "Investissements fossiles" - Intervention GC

Monsieur le Président,

Mesdames, Messieurs,


Le 12 décembre 2015, 195 délégations approuvaient l’accord de Paris lors la Conférence de Paris sur le climat (dite COP21). Pour rappel, lors des négociations de la conférence, notre parlement avait montré son soutien à l’approbation de cet accord, en acceptant une résolution en appelant la population neuchâteloise à participer à la Marche citoyenne du climat du 29 novembre 2015.


L’accord de Paris a trois objectifs principaux :


Le premier est de contenir l’augmentation de la température moyenne de notre planète en dessous de 2 °C. Elément qui est fortement thématisé

Le deuxième est de renforcer les capacités d’adaptation aux effets néfastes des changements climatiques.

Et finalement, le troisième, est celui de rendre les flux financiers compatibles avec un développement à faible émission de gaz à effet de serre.


Ce dernier élément, en le plaçant au même niveau des deux précédents démontre de son importance pour la gestion des émissions à effet de serre au niveau international.


Bien conscients que cet élément est un enjeu majeur en Suisse, le Secrétariat d’Etat aux questions financières internationale (le SFI) et l’office fédéral en environnement (l’OFEV) ont organisé un test pilote, soutenu par l’Association suisse des assurances (l’ASA) et l’Association suisse des institutions de prévoyance (l’ASIP), qui a analysé l’alignement avec l’objectif climatique de 2° C des portefeuilles de 79 caisses de pension et d’assurances suisses qui ont participé de manière volontaire.


Avec les questions déposées dans notre interpellation, nous aimerions savoir si prévoyance.ne fait partie des 79 entreprises ayant participé à cet essai pilote ? Et quels sont les résultats pour Prévoyance.ne ?

Les résultats du test, représentatifs de la situation de générale des caisses de prévoyance en Suisse, démontrent que les investissements ne sont pas de manière générale compatibles avec le scénario à 2° C mais toutefois en adaptant les types d’investissement, l’objectif pourrait être atteint.


Si Prévoyance.ne n’a pas participé à cet essai-pilote, nous voudrions savoir s’il est prévu de mener une analyse de ce type ?


Il est évident que les investissements dans une domaine ayant un lien avec les émissions de gaz à effet de serre, ont un impact négatif sur le climat, mais il est toutefois important de rappeler que des tels investissements ne sont pas sûrs. Ils font prendre des risques non négligeables aux investisseurs.


Selon une étude récente de l’Université de Genève, les institutions qui sont en possession d’un portefeuille plus durable généreraient des rendements plus importants sur le long terme.


Basé sur ce constat, nous ne pourrions que nous satisfaire que prévoyance.ne se préoccupe de cette thématique.


Nous réjouissons d’entendre les réponses du Conseil d’Etat à nos questions.


Je vous remercie.

Contact

  • Facebook
  • Twitter
  • Instagram