Placement des enfants : un rapport nécessaire - Intervention GC

Monsieur le Président,

Mesdames, Messieurs,


Le thème du placement des enfants n’est pas nouveau au sein de notre Parlement. En effet, depuis l’annonce de la nouvelle politique de placement des mineur-e-s initiée par le Conseil d’État, plusieurs questions et interpellations ont déjà été déposées sur cette thématique.

A chaque fois, le Conseil d’État y répondait que toutes les actrices et tous les acteurs sont associés. Et que le processus se déroulait correctement.


Nous sommes conscients des efforts du Conseil d’État dans la conduite de ce dossier, mais au vu des réactions, nous nous devions d’agir en déposant ce postulat. Pour la réussite d’une telle politique, il est primordial que le climat soit serein. Un climat nécessaire également pour le bien des enfants touchés par les changements, car c’est bien d’enfants que nous débattons aujourd’hui et non pas d’une mesure d’économie.


Un climat non serein, un climat encore confirmé par un article dans le journal Le Temps récemment. Un article qui démontrait bien le malaise présent dans ce domaine :


Selon cet article :


- Les solutions de rechange ne suivent pas suite à la suppression des lits dans les foyers selon les professionnel-le-s ;


- Pour les syndicats, la situation n’a pas l’air meilleure. Pour eux, aucun monitoring des besoins n’a été réalisé ;


- De plus, les villes sont devant un fait accompli qui amènent toute série de questions sur les flux financiers.


Des commentaires dans un article, mais des commentaires proches de ceux qui arrivent à nos oreilles depuis plusieurs mois. Des commentaires, qui questionnent sur les choix pris par le Conseil d’État dans son domaine. Un domaine qui est pleinement de sa compétence.


Nous sommes conscients que le Conseil d’État a déjà annoncé un rapport dans ce domaine, mais par le biais de ce postulat, nous demandons en effet un rapport, mais dans le processus, l’ensemble des actrices et acteurs doivent être associé-e-s. Et non pas seulement informé-e-s et ceci pour le bien de la réforme et surtout le bien des enfants, des familles touchées par la réforme. Mais également pour le personnel qui devra mettre en œuvre une telle réforme.


Ceci aussi pour apaiser le climat !


Postulat


Interpellation


Contact

  • Facebook
  • Twitter
  • Instagram