Initiative congé parental ou paternité - Intervention GC

Monsieur le Président,

Mesdames, Messieurs,

Notre Parlement a eu l’occasion de débattre de l’importance d’un congé paternité, ceci lors de la discussion pour l’introduction d’un congé paternité de deux semaines au sein de l’administration cantonal. Un débat nourri, mais un débat qui pour le groupe s’inscrivait dans sa volonté de faire évoluer notre canton dans le sens d’une société égalitaire.

Sans vouloir refaire l’entier du débat, je trouve important de rappeler quelques arguments aujourd’hui en faveur d’un congé paternité ou parental.

Nous le savons, notre pays est à la traine en ce qui concerne le congé paternité ou congé parental. Actuellement, la moitié des pays de l’OCDE garantissent au moins 43 semaines de congé maternité ou parental. Un pays à la traine, même en queue de classement alors que l’introduction d’un congé paternité ou parental est la première étape qui va dans le sens d’une réelle politique d’égalité.

En effet, il permet de renforcer le lien entre les parents dès la naissance de l’enfant. Un lien nécessaire qui permettra une implication partagée dans la vie de l’enfant et qui ira dans le sens d’une meilleure répartition des tâches au sein d’un couple.

De plus, nous le savons aussi, ce sont encore trop souvent les femmes qui réduisent de manière importante de leur taux de travail à l’arrivée d’un enfant. Et l’arrivé d’un enfant est également l’accentuation d’autres inégalités telles que salariale ou en termes de carrière professionnelle par exemple.

Avec l’introduction d’un congé paternité ou parental digne de ce nom, les discriminations existantes telles que celle à l’embauche ou salariale pour les femmes sur le marché du travail pourront ainsi être réduites.

Ainsi un réel de congé paternité, c’est tout simplement le début de la déconstruction des rôles qui va dans le sens d’une société égalitaire. Une reconstruction dont nous aurons l'occasion d'en discuter demain avec le postulat "Pour un enseignement de l'Egalité".

Ne pas se préoccuper de cette thématique, c’est donner l’image que nous soutenons un système qui veut que les femmes s’occupent des enfants et que les hommes travaillent à plein temps. Un système dont le groupe socialiste ne veut plus. Un système qui a fait son temps.

La population neuchâteloise – avec une forte majorité - a décidé de l’introduction de deux semaines de congé paternité ce dimanche. Ce résultat, plus que satisfaisant, démontre que le changement doit avoir lieu et c’est pourquoi le groupe socialiste estime que cette étape, bien que nécessaire, n’est pas encore suffisante pour atteindre une réelle égalité au sein de notre pays.

A l’heure actuelle, il n’existe pas, les bases juridiques nécessaires pour l’introduction d’un tel congé à l’échelle cantonale. C’est pourquoi nous avons déposé ce projet. Un projet qui a été déposé également dans d’autres cantons. A l’heure actuelle, le canton du Jura l’a déjà accepté.

Nous sommes d’avis que les bases juridiques doivent être adaptées afin de permettre aux cantons d’être plus progressistes et de décider s’ils veulent introduire un congé parental, de fixer la durée et les modalités.

La pression doit être mise au Parlement fédéral pour que cette préoccupation soit mise à l’agenda politique ! Et ceci maintenant!

Il n’y a toutefois pas lieu aujourd’hui d’avoir une discussion concernant le type de congé, la durée ou encore son financement. Ces questionnements pourront venir lorsque le cadre permettra de nous poser ces questions.

Alors si nous voulons avancer dans le domaine de l’égalité, nous devons tout mettre en œuvre pour cette avancée puisse avoir lieu dans notre canton. Je vous invite donc à soutenir ce décret.

Je vous remercie


Décret (le décret a été refusé par une majorité de droite de circonstance)



Contact

  • Facebook
  • Twitter
  • Instagram