Crédit supplémentaire - Mon intervention GC

Madame la Présidente,

Mesdames, Messieurs,


Le groupe socialiste a examiné en détail le contenu du présent crédit supplémentaire. Les travaux en commission des finances ont permis de répondre aux questions de détail.


Comme cela a été exprimé par le rapporteur de la commission, le crédit supplémentaire pour lequel nous devons aujourd’hui statuer est essentiellement en raison de contraintes imposées aux cantons par la LAMAL. Une LAMal qui met sous pression les cantons par l’augmentation des coûts de la santé.


Le système LaMal, voulu par la majorité bourgeoise des chambres fédérales, se rapproche de plus en plus de la saturation. Le système ne permet pas, en effet, de contenir les coûts et par son organisation ce sont les cantons par ses établissements médicaux et leur personnel et les habitantes et habitants qui en font les frais.


D’un côté, les cantons qui n’ont autre choix que prendre en charge les coûts provoqués par le système et de l’autre des assuré-e-s qui année après années n’ont qu’autre choix de se ramasser de plein fouet les augmentations de primes.


La preuve encore aujourd’hui avec l’annonce des primes 2023 ! 9,5% d’augmentation des primes pour le canton de Neuchâtel.


Et dans tout système, s’il y des perdantes et des perdants, il y a des gagnants. Et là on sait très bien que ce sont les caisse-maladie qui en font les bénéfices.



Nous sommes toutefois un peu surpris des propos des rapporteurs de droite sur cette demande de crédit. Non pas que nous ne sommes pas d’accord sur le fond puisque comme je le disais, nous n’avons pas de réelles marges de manœuvre mais ce qui est surprenant, c’est qu’il n’y aucune réelle critique sur le modèle actuel de leur part. Ils prennent acte.


Alors oui, ce modèle dépend de décisions fédérales, mais elles impactent bel et bien les cantons et ses habitantes et habitants, raison pour laquelle nous attendons à un peu plus de remise questionnement de la part des groupes de droite.


Quitte à ce qu’ils osent déjuger leur majorité sous la coupole.


Mais allez savoir peut-être que les liens d’intérêts qui sévissent dans les groupes parlementaires de droite au Palais se retrouvent aussi dans notre hémicycle ?


Ce qui conduit aussi notre groupe à se soucier de la situation, qui traduit une vision de la santé qui conduit à une marchandisation pure et simple de la santé.


Et une telle politique ne peut se mener qu’au détriment des patientes et patients et, plus généralement, des assuré-e-s, qui se sentent trop souvent abandonnés par les parlements face à l’appétit insatiable des assurances dont ils sont les clientes et clients captifs.


Le groupe socialiste acceptera donc la demande crédit qui lui est proposée, tout en s’inquiétant de l’impact négatif du système LAMAL sur les finances de notre canton et sur le moral de la population.


Je vous remercie


Rapport CE