Et si Neuchâtel accompagnait la sortie du nucléaire ? - Intervention GC

Monsieur le Président,

Mesdames, Messieurs,

Le 21 mai 2017, la population neuchâteloise acceptait la stratégie 2050 à hauteur d’environ presque 70%. Cette stratégie, après de longues discussions dans les chambres fédérales, confirme la décision prise en 2011 par le Conseil fédéral de vouloir sortir notre pays de la production d’énergie nucléaire. Bien que le chemin risque encore d’être long, il faudra tôt au tard réfléchir de manière approfondie au démantèlement de ces anciennes casseroles à atomes.


En parallèle à cette volonté politique, reste encore la gestion des déchets nucléaires. Pour ce domaine très technique, les obstacles restent très nombreux. En effet, comment convaincre la population qu’il est acceptable d’enfouir des déchets nucléaires sous ses pieds alors que d’un autre côté, nous nous efforçons de marteler que cette énergie est dangereuse.


Cette ambivalence est tout le problème de cette énergie. L’homme l’a créé, la Suisse en profité mais personne n’a pas réellement anticipé les conséquences d’une telle méthode.


Pour le groupe socialiste, cet état de fait est inacceptable et notre parti, à tous niveaux, s’est toujours opposé l’énergie de l’atome et n’a cessé de le rappeler.


L’ensemble de la filière de l’énergie atomique est problématique pour notre environnement et un risque permanent pour l’être humain.


Tout d’abord l’extraction de l’uranium qui se produit dans des conditions que nous ne pouvons cautionner. Tant les normes environnementales que celles des conditions de travail sont déplorables. Malheureusement, nos moyens d’action sont réellement limités.


Ensuite, l’exploitation n’a rien de plus satisfaisant. En effet, la sécurité de la population n’est pas garantie et la probabilité d’accidents ne peut pas être exclue. A cela s’ajoute le vieillissement des centrales qui n’a rien de rassurant.


De plus, la thématique des déchets, comme précédemment évoqué reste problématique.

Toutefois, à Neuchâtel, des savoir-faire et des connaissances pointues existent dans de nombreuses branches scientifiques et techniques.


Par le biais de ce postulat, nous aimerions que le Conseil d’État fasse un état des lieux des possibilités qui existent dans le domaine de la recherche et l’innovation, du transfert de compétences et du soutien à la création de start-up ou à des entreprises neuchâteloises en lien avec les démantèlement de centrales nucléaires.


Ni plus ni moins.


Par le biais de ce postulat, nous ne voulons en aucun cas vouloir créer de troupes de liquidateurs et encore moins proposer notre lac comme lieu de stockage de déchets nucléaires.

Nous voulons simplement encourager des compétences qui existent peut-être dans ce domaine dans notre canton.


Est-ce que la robotique développée par le CSEM pourrait contribuer à ce démantèlement ? Est-ce que le centre d’hydrogéologie par des méthodes particulières de surveillances des eaux proches des sites seraient envisageables ?


Est-ce que des formations pourraient être données dans le canton pour reconvertir le personnel des centrales en vue du démantèlement ou d’autres personnes en vue d’une réinsertion professionnelle ?


Est-ce que des start-up pourraient être créés pour la fabrication de matériel pour faire face à cette transition ?


Voilà quelques exemples de questions auxquelles, par notre postulat, nous attendons des réponses en cas d’acceptation.


Le 12 avril dernier, nous apprenions que les montants quant au démantèlement des centrales nucléaires ont été revus à la hausse. En effet, ce seront 24,6 milliards qui seront nécessaires pour un tel démantèlement.


Ces montants, donnent réellement le vertige, et il est clair que les financements ne sont pas encore totalement connus, mais nous pouvons nous demander si nous, canton de Neuchâtel, ne pourrions pas en profiter d’une manière ou d’une autre.


Il est de notre de responsabilité, bien que l’on soit contre cette énergie nocive, d’anticiper cette transition et pourquoi pas que le canton se profile dans ce tournant énergétique.


Je vous remercie



Contact

  • Facebook
  • Twitter
  • Instagram