Congrès électoral - Intervention candidature au Conseil des Etats

Cher-e-s camarades,

Active en politique dès le lendemain des fédérales de 2007 et ayant acquis une expérience à plusieurs niveaux (conseillère générale de 2008 à 2013, députée depuis 2009, vice-présidente de la section de Neuchâtel depuis 2011, présidente du groupe du Conseil général en 2012 et présidente du groupe du Grand Conseil depuis 2013), je me sens prête à relever le défi d’une candidature pour le Conseil des Etats.

En cas d’élection à Berne, je mettrai à profit mes connaissances en lien avec la gestion des ressources naturelles. En effet, par ma formation de géologue de l’environnement, j’évolue professionnellement dans ce domaine depuis plus de 10 ans. Une expérience dans l‘enseignement HES, une autre dans la formation continue universitaire, d’autres dans des bureaux privés et dans les administrations publique cantonale et fédérale font que je connais ce domaine sous de nombreux aspects.

Par le biais de la politique et de mon affinité pour les éléments techniques, j’ai également des connaissances pointues dans le domaine de l’énergie. Ceci m’a permis de travailler environ 3 ans pour la taxe sur le CO2 à l’Office fédéral de l’Environnement.

La stratégie énergétique 2050 n’étant pas encore sous toit et les défis à venir concernant cette thématique feront que mes connaissances ne pourront que renforcer la délégation socialiste à Berne.

De par toutes ces expériences, j’ai appris à travailler dans un environnement plurilingue. Chose que j’apprécie beaucoup, mais qui me montre quotidiennement qu’il y a encore beaucoup à faire dans la défense des minorités au sein de l’administration fédérale. Travaillant au sein de cette administration, je ne peux que me rendre compte du poids des lobbies et de l’importance des réseaux. Je sais également qu’il n’est pas facile de s’y insérer, mais je suis persuadée que mes différentes expériences professionnelles, pourront m’y aider.

Mon profil scientifique et mon action au Grand Conseil m’ont également permis d’approfondir les dossiers en lien avec la mobilité tels que le RER, les infrastructures routières et la mobilité douce.Enjeux primordiaux de cette prochaine législature pour notre canton.

Nous devons rapidement répondre aux besoins de la population neuchâteloise et surtout ancrer le territoire neuchâtelois comme un seul territoire au sein de l’Arc jurassien.

A Berne, je ferai également tout mon possible pour revaloriser le blason de notre canton, je montrerai ce qu’il sait bien faire. Dans ce sens, j’essaierai de remonter à Berne les éléments de la politique cantonale d’intégration des étrangers, qui est un modèle en la matière.

Un autre atout, qui me tiendra à cœur de promouvoir et d’aider à développer, est notre capacité d’innovation. Nous avons des pôles de compétences, tels que l’EPFL, l’Université, la HES, le CSEM et un savoir faire dans les microtechniques que nous devons continuer à soutenir.

D’une manière plus générale, je m’engagerai pour des projets en intégrant les principes du développement durable, dont la composante sociale ne doit jamais être oubliée.

Cette thématique me guide depuis mes débuts en politique. Les initiatives récentes telles qu’ECOPOP et celle de l’abolition de la TVA pour une taxe énergie démontre que nous devons restons attentifs aux solutions trouvées pour faire face aux enjeux énergétiques et environnementaux actuels.

Je m’engage pour donner des réponses qui ne vont pas affaiblir les plus faibles. Nous devons faire face à ces problématiques par une politique raisonnée et raisonnable.

Toujours en adéquation avec les principes du développement durable, je promets de tout mettre en œuvre pour faire la promotion de l’égalité des chances. Je suis convaincue que pour y parvenir, nous devons mettre en place une réelle politique d’égalité salariale et nous devons également valoriser le travail des pères qui désirent s’investir de manière paritaire dans l’organisation familiale.

En tant que jeune maman, je ne peux que regretter, que les préjugés soient encore de mise quand ce sujet est abordé dans certains cercles.

En tant que femme socialiste, je ne défends aucun modèle à priori, je me bats pour que chaque mère et chaque père puissent trouver leur place pour s’épanouir dans les activités qu’ils entendent mener.

J’ai toujours eu du plaisir à m’engager en politique et relever le défi d’une telle campagne ne peut que m’enthousiasmer. Après cette présentation et d’éventuelles questions, j’espère pouvoir compter sur votre soutien pour figurer sur la liste du Conseil des Etats.

Contact

  • Facebook
  • Twitter
  • Instagram