Année féministe - Intervention AD Lausanne


Comme cela a été évoqué, la semaine dernière, nous avons lancé l'année féministe. Le lancement a eu lieu de manière coordonnée dans plusieurs communes de Suisse, en clouant, scotchant, en placardant notre manifeste féministe.

Ce manifeste évoque nos revendications, nos luttes, en tant que nous femmes, en tant que nous parti socialiste pour une société plus juste, plus égalitaire.

La première revendication du manifeste est l'égalité salariale maintenant ! Les femmes gagnent encore en moyenne un peu moins de 20% que les hommes.

Une partie de cette inégalité s'explique dans certains comportements sociaux alors que l'autre, qui est à hauteur de 7% ne s'explique pas.

Cette différence est seulement due au sexe ! Cette différence est inacceptable !

Cette différence malgré la fait que l'égalité entre femmes et hommes est inscrite dans la Constitution fédérale depuis plus de 37 ans.

Pour pallier cette inégalité, Simonetta Sommaruga, pour le Conseil fédéral a proposé un projet actuellement discuté dans les Chambres. Ce projet, en cas acceptation, obligera les entreprises à effectuer des contrôles des salaires entre les femmes et les hommes. Même si cela reste une première étape, il est primordial que loi sur l'égalité soit modifiée. Ce projet doit enfin être acceptée !

Egalité salariale maintenant !

La deuxième revendication est la reconnaissance de tous les travaux. Il est toujours bon de rappeler les femmes disposent de moins de moins d’un 10ème de la fortune et perçoivent moins d’un quart du revenu total.

Avec l'effet en cascade, les femmes ont également moins à l'âge de la retraite.

Et ceci alors qu'elles travaillent plus que les hommes !

Ceci est inacceptable ! Le travail non rémunérée par les femmes a fait son temps !

Par ces chiffres les femmes qui risquent de se retrouver dans une situation précaire sont bien plus nombreuses que les hommes. Il est ainsi urgent d'augmenter les rentes AVS, d'augmenter les bonifications pour tâches éducatives et également éliminer les discriminations dans la prévoyance du 2ème pilier.

En parallèle à cela, il faut continuer à nous battre pour une meilleure conciliation de la vie professionnelle et familiale. Cela passe par un soutien étatique de l'accueil des enfants et par une réduction du temps de travail aux mêmes conditions salariales !

Ceci pour assurer l'indépendance économique des femmes et afin que le travail de care ne soit plus que l'affaire des femmes, mais l'affaire de toutes et tous.

La troisième revendication est stop aux violences envers les femmes ! Stop car la violence contre les femmes reste présente et qu'elle est essentiellement commise par des hommes ! Et essentiellement dans l'environnement conjugal !

En cette année d'entrée en vigueur de la convention d'Istanbul, c'est stop au violence envers les femmes ! Une fois pour toute !

Pour ces trois revendications féministes, mais pour bien d'autres également, nous ne pouvons que vous encourager à signer et faire signer notre manifeste !

Egalité maintenant !


4 vues